• fr
  • en

Championnats du Monde 2013 de 49er & 49er FX à Marseille – Jour 1
Voir les photos du jour

9h26, je gare mon scooter au pied de la corniche, d’où s’élève une douce brume de fin d’été. Dans la torpeur matinale, je cligne des yeux au soleil encore bas et j’enlève mon casque…

« J’ai récupéré les IC et je vais gréer, dépêche-toi d’aller au brief sécu qui va commencer, et après on file sur l’eau, le thermique rentre ! », crie à son équipière une jeune fille en shorty gris, tous abdos dehors. Bienvenue au Stade nautique du Roucas Blanc à Marseille, théâtre de ces championnats du monde de 49er (prononcez forty niner) et 49er FX.

IC, brief sécu, gréer ??… Commençons par le début : le forty-niner au fait, c’est quoi ? Un petit bateau de presque 4.9 mètres de long (d’où le nom barbare, tiens !), deux équipiers, une coque, une grand-voile, un foc, un spi asymétrique. Mais le 49er est tout sauf un dériveur classique : c’est un « skiff », soit une coque en forme de V avec des ailes rigides sur les côtés, qui – comme un vélo – doit avoir de la vitesse pour tenir droit.

Le 49er est une des 10 séries olympiques en voile, et existe depuis cette année en version « FX », c’est-à-dire à la voilure réduite et adaptée aux équipages féminins, plus légers. C’est d’ailleurs la première grande compétition qui réunit autant de filles sur ce support soit 53 teams (sur 153 bateaux inscrits) venus des quatre coins de la planète.

Russie, Japon, Israël, Singapour, Australie, mais aussi Grande-Bretagne, France ou Italie : 28 nations sont représentées à ce 17ème championnat mondial, et le premier pour les filles, en 49er FX donc.

Certaines, aguerries, comme l’équipe d’Allemagne et ses 7 teams, présentes à Marseille depuis 3 semaines, a pu découvrir le mistral de notre belle rade Sud et optimiser leur entraînement au point de prendre un jour off aujourd’hui. « A la veille de la 1ère vraie manche, on en a profité pour aller grimper dans vos belles calanques et se vider la tête »,  racontent Philipp et William.

D’autres, comme les 5 teams de l’équipe Russe, sont arrivées il y a seulement 3 jours. Anastasia et Angelina, sourire éclatant, participent à leur première grande compétition en 49er FX et sont ravies des conditions de navigation marseillaises, même si « on n’a pas encore trouvé nos marques pour les manœuvres dans le port (stade nautique du Roucas Blanc, ndlr) qui ne sont pas faciles avec ces bateaux. Mais bon, on va s’habituer ! »

Au programme aujourd’hui c’était répétition générale.
Les bénévoles de « l’équipe terre » enregistrent les dernières inscriptions et, contre toute attente, les premiers abandons : par exemple cet équipage qui jette l’éponge pour cause d’orteil cassé (on pense bien fort à eux). Ceux de « l’équipe mer » font chauffer leurs moteurs et posent les premières bouées pour la manche d’entraînement de l’après-midi.

Une centaine de bateaux s’y sont mesurés, offrant déjà un beau spectacle à toute la rade Sud, où soufflaient entre 8 et 12 nœuds d’un vent thermique qu’on n’osait espérer. Les 49ers, véritables bolides des mers qui filent plus vite que le vent, survolent le clapot à plus de 15 nœuds (!!), en toute décontraction semble-t-il. C’est en tout cas ce qu’on ressent lorsqu’on essaye de suivre Noé Delpech et Julien d’Ortoli, les enfants du pays, qui tirent des bords en face du YCPR, le club organisateur qui les a vu grandir.

Vers 16h c’est déjà le retour à terre, les photos officielles et surtout la cérémonie d’ouverture (qu’est en train de louper votre envoyée spéciale pour vous écrire), où les compétiteurs affamés n’attendent que la pasta cuisinée par Max, le chef de Zia Concetta – traiteur italien qui sera présent toute la semaine sur le village ouvert au public. Ils regagneront ensuite bien vite leurs hôtels parce que le lendemain, le menu sera plus consistant…

Au programme demain, donc : premières « vraies manches » qualificatives à partir de 11h, dans conditions météo similaires, c’est-à-dire idéales. Bref, les choses sérieuses commencent.

Flavia,
qui elle aussi va se coucher pour être en forme et vous donner encore plus d’anecdotes, de bruits de pontons et de résultats via Twitter, Facebook et les sites internet 49er.org/fr et ycpr.net !

Upcoming Events